Intervention du Parti Communiste au Conseil Communautaire du 11/12/2008

Jeudi 11 décembre 2008

Conseil communautaire de la Communauté Urbaine de Dunkerque


Intervention du Groupe des élus communistes et républicains

Salim DRAI, Vice – Président chargé de la prévention de la santé

et de l’éducation dans ce domaine,

Adjoint au Maire de Dunkerque délégué aux NTIC



Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Vices - Président et Conseillers communautaires


Notre groupe des Elus Communistes et Républicains souhaite intervenir sur la situation des migrants vivants sur le Dunkerquois

La situation est si catastrophique qu’il faut tirer la sirène d’alarme !

Les conditions de vie des migrants sur le dunkerquois sont inhumaines. Il est de notre responsabilité et de notre devoir de porter assistance aux plus démunis vivant sur le sol de l’agglomération dunkerquoise.

Chaque année la préoccupation de l’Etat consiste à régler les situations critiques des sans abris et des sans domiciles fixes.

N’avons nous pas un effort à faire afin de soulager de la souffrance ces populations ?


Les migrants subissent un spectacle de désolation et des humiliations quotidiennes par les forces de l’ordre. Ils ont été victimes de marquages par les forces de l’ordre, de gazage à la bombe lacrymogène, et des coups à de nombreuses reprises. Je ne ferai pas une liste exhaustive de ce dont ils peuvent subire, la liste serait trop longue et vous ne pourrait l’imaginer.


Ces populations ne sont pas des sans abris et des sans domiciles fixes comme les autres.

Sans toit sur la tête et sans endroit pour se réchauffer, ni de lit pour se reposer, ni de douche pour se laver, ni de vêtement propres pour se vêtir, et ni de repas chaud pour se restaurer dans des conditions humaines.


Seul les camps de fortunes, tels des bidons villes leurs servent d’abris.

Ces conditions de vie sont comparables à des camps de concentrations, avec un manque d’hygiène, des excréments visibles, et la propagation de maladies.

Les représentants du MRAP et de SOS RACISME du Dunkerquois, nous ont interpellé afin de nous expliquer que la situation était plus que préoccupante.

Nous, les élus communistes et républicains croyons qu’il est de notre devoir de citoyen et d’élu de les soutenir dans leur démarche afin d’améliorer leur condition de vie temporaire.

Oui, c’est de cela dont il s’agit. Une aide temporaire pour ne pas dire pour passer l’hiver en espérant ne pas mourir par le froid et la maladie.


Il n’y a pas d’appel d’air comme l’on veut bien l’entendre. C’est le résultat d’un système qui ne fait que produire de la misère et des guerres quand ce ne sont pas des dictatures.

Afin de ne pas porter sur sa conscience ce drame qui se déroule sur le dunkerquois. Une décision des élus locaux pourrait être de faire un geste d’humanisme en leur venant en aide.

N’y a - t’il pas des femmes et des enfants voir des bébés parmi cette population migrante ? Je les remarque pratiquement chaque jours dans les rues de certaines des communes du littoral dunkerquois et de la côte d’opale en général. Des enfants parfois âgés de 5 à 6 ans avec un petit sac sur le dos et suivant les parents en quête d’une solution temporaire.

Croyez-vous que notre responsabilité d’élu n’est pas engagée lorsque des situations de danger de mort par le froid ou des agressions se déroulent sur nos communes ou sur leurs limites territoriales.


Nous appelons à un effort de compréhension et d’humanité de tous les élus et maires du dunkerquois qui ont des responsabilités et peuvent prendre des décisions pour améliorer leurs conditions de vie.

Il y a un tabou qui s’est installé entre les responsables politiques rejetant la faute à l’autre, entre élus et maires des communes rappelant que la gestion de cette situation revient à l’Etat. N’ayons pas peur des mots : il faut du courage politique pour faire avancer les choses de manière à obtenir une issue favorable.


Nous vous demandons de prendre conscience du risque de la non assistance à personne en danger qui pèse sur nos épaules à tous. Ce sont des êtres humains (hommes, femmes, et enfants) plus ou moins jeunes qui errent dans les communes.

Oserions – nous passer des fêtes de fin d’année, égoïstement au chaud devant une dinde au marron ?


Alors que d’autres sont entre la vie et la mort. Cette situation n’est pas observée à la télé, elle se déroule bien sur le territoire des communes du dunkerquois et va même bien au-delà !


Le groupe des élus communistes et républicains propose de mettre en place un dispositif afin d’agir de manière urgente. Ainsi nous devons réunir les maires des communes de l’agglomération dunkerquoise, les représentants de l’Etat, et les associations d’aide et de défense des migrants afin de mettre en place une vrai aide à ces populations.


Pensons à ces hommes, femmes et enfants qui resteront dormir dehors à des températures suffisantes pour provoquer la mort.


Merci de votre attention à toutes et à tous.