Collectif Migrants : communiqué


           


                                                COMMUNIQUE



           

            Un collectif d’associations engagées dans le soutien aux migrants s’est réuni le 17 décembre, au lendemain de la « rafle humanitaire » opérée par les forces de l’ordre à la demande des autorités dans le camp de survie de Loon-Plage.


            Toutes ces associations s’indignent de ce procédé d’un autre âge, qui déshonore « le pays des droits de l’homme ».

           

            Le collectif demande avec insistance quel a été le sort réservé aux personnes interpellées, puis dirigées vers de prétendus centres d’accueil. Il rappelle avant tout qu’il s’agit de victimes de la politique exercée dans leur pays d’origine ou de conflits armés auxquels participent des troupes étrangères, y compris parfois françaises. Ces personnes n’ont aucunement l’intention de rester sur le sol français.


            Le collectif insiste pour que sans délai, ni faux fuyant soit mis en place pour cette population vivant dans des conditions inadmissibles, inhumaines, des abris permanents leur permettant de se protéger de la pluie et du froid, de dormir, de manger, de prendre des douches, d’obtenir des soins dans des conditions décentes. Elle doit avoir accès aux transports en commun.


            Il demande également la création sans délai d’un conseil de migrants (associations et élus) pour travailler sérieusement à l’amélioration des conditions de vie des migrants lors de leur passage sur le littoral.


            Le collectif prend acte que des élus du Dunkerquois commencent enfin à se sentir sensibilisés par ce grave problème humanitaire qui ne devrait laisser personne indifférent.


                                                                        ***

           

Carrefour des Solidarités, Collectif Palestine, FSU, Groupe Non-Violent Louis Lecoin, Ligue des Droits de l’Homme, MRAP, Pastorale des Migrants, Réseau Education Sans Frontière, Salam, Secours Catholique, Les Verts.