Un marquage qui déshonore notre République

Publié le par zaibet

           

Le MRAP National à Mr Fillon :

 Un marquage qui déshonore la République.


A la demande du comité local de Dunkerque, le MRAP national vient de saisir François Fillon sur des faits particulièrement graves que sont les marquages d'êtres humains au feutre dans un camp de réfugiés à Dunkerque.

Le 24 octobre 2007, lors d'une visite par le Président du Comité local de Dunkerque aux migrants dans un refuge dunkerquois dans un bosquet, ce dernier a pu rencontrer sept réfugiés marqués avec des chiffres au gros feutre vert indélébile sur le dos de leurs mains (voir photo jointe). Les intéressés étaient venus de Lille.

Le Président de notre comité local, Aissa Zaibet, avait saisi Madame Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur et Monsieur Brice Hortefeux, ministre de l'immigration et de l'intégration et Madame Rama Yade, secrétariat d'Etat aux droits de l'homme, pour les interpeller sur le fait que ces pratiques de marquages humains existent encore dans les camps de réfugiés. Ce courrier est à ce jour resté sans réponse.

Le MRAP tient à rappeler que ce comportement a déjà été fortement dénoncé par les associations qui soignent les migrants à Calais en 2005, après qu'ils aient découvert des inscriptions forcées de croix sur les mains de réfugiés par les forces de police. Ces inscriptions au feutre avaient pour but « de suivre les mouvements des réfugiés ». En 2006, le MRAP a interpellé Monsieur le Sous-préfet de Dunkerque sur cette situation pitoyable.

Aussi, le MRAP demande au Premier ministre qu'une enquête soit diligentée afin d'identifier les auteurs de ce marquage qui déshonore notre République.


Paris, le 13 novembre 2007.

 

Publié dans soutien

Commenter cet article

DesmaziÚres Nathalie 21/11/2007 17:51

Bonjour Monsieur Zaibet
Avant tout merci pour vos initiatives, ma question est simple comment en tant qu'élue de la République pouvons-nous vous aider ?
à titre personnel je peux vous fournir une aide matérielle si vous le souhaitez, contactez moi