derniers kilomètres

Publié le par zaibet

                                                              
 
Réfugié à Loon Plage ( Dunkerque).
   


Quatre ans après sa fermeture, le célèbre hangar de Sangatte a disparu mais les réfugiés eux sont toujours biens présents.

 

De Dunkerque à Calais, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants, de tout age,  errent sur le littoral dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre, fuyant ainsi guerre et misère de leur pays d'origine à la recherche d'une vie meilleure.

 

Mais leur long et difficile périple de quelques milliers de kilomètres bloque le long des côtes du Nord- Pas de Calais.

Les ports de Calais et Loon Plage (Dunkerque) étant les principaux lieux d'embarquement pour la Grande Bretagne.

 

Ce sont ces derniers kilomètres qui posent problème et qui coincent.

Cette cinquantaine de kilomètres qui n'en finit pas. Difficile de traverser la Manche à cause des contrôles frontaliers devenus de plus en plus stricts.

 

Ce sont les derniers obstacles d'un exil fait au péril de leur vie et qui a duré depuis plusieurs semaines qui sont les plus difficiles  à franchir.

 

Ces migrants attendent donc parfois de longs mois avant de pouvoir franchir ces « remparts ». Dans le désespoir, ils tentent alors des moyens de plus en plus dangereux pour tenter de franchir ce  mur bien gardé, et parfois certains y laissent la vie ; derrière ce « MUR » : la liberté et un avenir meilleur.

 

En attendant « le passage », la survie s'organise non loin des terminaux ferry lorsque la situation le permet. Ils investissent alors des lieux de « vie » pour s'abriter. Pour les plus chanceux et mieux lotis : ruines de maisons abandonnées, hangars désaffectés ; pour les autres et les derniers arrivants des cabanes improvisées, tentes, ... serviront de toit.


Régulièrement ces lieux  qui font l'objet de visites et contrôles  « musclés », sont parfois vidés d'une partie de leurs occupants pour mise en garde à vue ou comparution devant les tribunaux.


Ils sont ainsi les nouveaux SDF de France qui ne doivent leur survie alimentaire qu'à la solidarité des habitants ; ainsi qu'aux associations à caractère social qui  leur portent de façon permanente  assistance alimentaire, médicale.

 
 
 
                                  AISSA ZAIBET

Publié dans soutien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

amelie roukia 23/05/2006 22:12

monsieur zaibet quelle starrrrrr!!votre blog est extraaa et vous aussi par la meme occasion! Merci pour cette année de délire et continuez dans ce sens pour vos oeuvres!!

vandeweghe 20/05/2006 16:21

Bonjour,
L'humanité peut encore avancer avec des gens comme vous M.Aissa Zaibet merci !
Je me suis permis de relayer votre url de blog par le biais du mien à: http://deliredumonde.hautetfort.com/

Fred 19/05/2006 16:30

Bonjour,
Ce blog est une initiative personnelle ou bien une initiative du MRAP ?
S'il s'agit du deuxième cas, est-ce le rôle du MRAP ?
merci. Au revoir

zaibet 19/05/2006 22:45

Bonjour, Il s'agit d'une initiative du MRAP : car le combat du MRAP est également celui contre les inégalités entre le Nord et le Sud. Les questions de paix, de liberté d'installation et de circulation, de flux migratoires ne pourront trouver de réponses globales, durables et réalistes que par la suppression de ce terrible déséquilibre de richesses. La présence de ces migrants sur le littoral dunkerquois et sur le calaisis est directement liée à cette problématique . C'est aussi un combat pour la dignité humaine, comment peut on rester insensible à la situation de ces hommes et femmes qui connaissent une effroyable situation à quelques centaines de mètres de chez nous ? J'espère avoir répondu à votre question.. Aussi je vous invite à consulter le site du mrap national : http://www.mrap.asso.fr Aissa Zaibet