Interdit de se nourrir ...

Publié le par zaibet

Les Réfugiés de Loon-Plage ( Dunkerque )
privés d'un droit fondamental,

celui de pouvoir se nourrir ?



le 7 Avril 2006
par Aissa Zaibet     Dunkerque


Une fois encore, les réfugiés ont été les victimes d'une féroce répression.
Une fois encore, l'ordre aux forces de police a été donné d'arrêter les réfugiés et de raser leur camp situé à Loon-Plage ; c'est ce qui s'est passé ce mardi 5 Avril 2006, et ce dans l'anonymat le plus complet.




    photo :  destruction le 05/04/2006 de la première maison qui servait d'abri aux réfugiés.             
 

 Ils étaient prés d'une trentaine à s'être réinstallés   après la rafle de Janvier dans cette même zone. Ils avaient été arrêté et certains ont été condamné à des peines de prison ferme.

Mais depuis la mi-Mars, et d'après les témoignages des réfugiés rencontrés, une méthode nouvelle de dissuasion est apparue :

Tout ce qui peut servir à la survie des réfugiés est détruit.

C'est ainsi que le droit de pouvoir se nourrir est bafoué :

leur nourriture serait systématiquement confisquée et détruite,

leurs couvertures seraient régulièrement jetées à l'eau.


  


photo : Réfugiés dormant à même le sol ( le 05/04/2006 ) après  la destruction de leur refuge.                                                                            

Pourtant, même les deux femmes enceintes qui font partie des réfugiés ne semblent pas être épargnées de cette privation de nourriture.                                                                                                                             
Depuis décembre, il ne s'agit pas moins du quatrième « lieu de survie » passé au bulldozer. Tout ce qui peut servir d'abri est automatiquement rasé.


 

photo : Réfugiés pris dans leur sommeil le 05/04/2006  près de la deuxième maison qui leur servait d'abri.   Maison détruite aussi  le jour même. Les températures ont été proches de zéro cette nuit.


Une véritable « chasse à l'homme » semble peu à peu s'installer dans ces territoires de Dunkerque     qui semblent désormais s'apparenter à des «  territoires perdus des droits de l'homme. »
 A quand traques et battues avec chiens, filets, etc ,? ? ?





photo :

Tout ce qui peut servir d'abri est        systématiquement détruit.








Il est évident qu'avec la fin de la trêve hivernale, les conditions de survie de ces réfugiés vont encore se dégrader.

 

Aussi cette zone d'attente de réfugiés, va-t-elle être déclarée zone interdite, à l'abri de tout regard indiscret ?



                                   Aissa Zaibet 
                                   Mrap de Dunkerque
                                    mrapdk@free.fr








Publié dans soutien

Commenter cet article